La «Palme D’or» 2013 pour l’excellence Algérienne au Canada est allé à Madame Nadia Zouaoui. la «Personnalité de l’année» est Saïd Amiri et le prix «Jeune Potentiel» va à Mohamed Farsi et Lina Bensaïdane pour leurs réalisations hors-du-commun.

Étaient présents ; Mmes Djaouida Sellah et Saâdia Groguhé, députées NPD au Parlement Canadien, Mme Fatima Houda-Pépin députée Libérale et première vice-présidente de l’Assemblée nationale du Québec mais surtout M. Richard Bergeron (marié a une marocaine), Candidat à la Mairie de Montréal que nous supportons demain pour les élections du maire de Montréal !

On ne peut oublier aussi la majestueuse diva algérienne de la chanson andalouse ; Beihdja Rahal avec sa voie divine qui a sublimé un auditoire algérien extasié dans une fusion de nostalgie commune.

On a aussi eut un récital magnifique de la nouvelle étoile montante ; la mezzosoprano Fairouz Oudjida,

Donc un grand bravo au groupe Cub Avenir pour cette initiative. Revenons maintenant à la star de la soirée ; Nadia Zouaou ! Cette femme est devenue avec le temps la meilleur ambassadrice de la communauté algérienne dans tout le Canada. Attention, cette femme est certes belle, jeune, pleine de talent, authentique mais surtout terriblement intelligente. Elle choisie des sujets controversés et les aborde ensuite avec un courage intellectuel monstrueux qui dérange certes mais qui inspire ensuite avec la réflexion tout le respect et l’admiration.

Quand elle va trop loin dans nos phobies, on peut lui pardonner tout à cette fille car elle a tout pour se faire pardonner et elle rend surtout honneur à toute notre communauté, elle est devenue notre fierté ; notre Fatma Nsoumer à nous toutes et tous …

Il y’a deux types de renommées et consécration dans les prix internationaux ;

1- celles qui se font connaitre par la polémique raciste et islamophobe en pissant sur sa propre communauté pour avoir des heures de gloires dans les tv occidentales comme une certaine débile (que l’on nommera pas par pudeur) qu’on appelle a la TV et à tout le monde en parle à chaque fois qu’on veut pisser sur le musulman, l’arabe ou l’algérien ; un métier et un commerce de la honte, un métier de harki, qui vous fait haire par votre communauté et vous fait aussi mépriser par les canadiens … C’est l’arabe de service bien intégrée par la désintégration ! Elles n’ont aucun mérite personnel, intellectuel, ou culturel en écriture mais uniquement servir la voie de son maitre dans la surenchère, la polémique et l’aliénation mentale ; un déchet recyclable comme sait si bien produire les médias de la haine.

2- Il y’a celles qui arrachent les re-connaissance par leur seuls sueur, talent, génie et générosité. Celle qui font honneur au génie de notre communauté dans la disposa, qui font notre honneur et notre fierté ; Nadia Zaoui est de celle la … Elle a sut avoir ce génie du tiers exclus; rester fidèles à ses valeurs originales mais des valeurs ouvertes au monde et à la modernité, des valeurs qui englobent le pays d’origine ; le Québec quelle porte aussi dans son cœur … Nadia devient ainsi ce pont mirifique qui allie passé, présent et futur. Fière de son passé et ouverte à la modernité futur !

Nadia Zouaoui n’est pas un incident de parcours, c’est une dame qui va rester, qui va maturer et dont la composition n’est qu’à son début ! On vous avertie, cette dame va EN CORPS tout rafler sans aucunes concessions à ses valeurs ; l’intégrité professionnelle, l’excellence et la recherche de la perfection. Elle va continuer à nous brusquer de notre inertie, à châtier notre sensibilité mais avec sa touche pédagogique, intelligente, et légère … Elle est trop sérieuse pour paraitre sérieuse.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Nadia Zouaoui, qui parle 4 langues, a fait deux documentaires majeurs courageux qui ont eut un écho international ;

– le voyage de Nadia ; malheureusement un film mal compris et mal aimé par la communauté qui a vu une tentative de méprise de la société kabyle.

la journaliste Nora L dira de ce film ; Qu’elle s’improvise « analyste » de la réalité de la femme et de la culture kabyles, devant les caméras canadiennes, elle est bien prétentieuse, elle qui n’a pas remis les pieds en Kabylie depuis dix-huit longues années. La réalité kabyle ne se limite pas au seuil de la ruelle de son village. Et elle n’a pas ouvert beaucoup de livres sur la Kabylie d’aujourd’hui.

Je ne pense pas que Nadia a voulut s’improviser en donneuse de leçons, elle a juste exprimé son DROIT de témoignage de sentiments PERSONNELLES , intimes et authentiques !

Peut être avec le temps elle aurait put y aller autrement, pour éviter la récupération et la mal compréhension, mais on ne peut lui reprocher sa sincérité et son authenticité . On ne peut tirer sur l’ambulancier ou casser le thermomètre pour dire que le problème de la femme n’existe pas.

Nadia disait cette phrase merveilleuse ; celui qui aime bien châtie bien et le public algérien sait faire la différence entre celui qui aime et celui qui méprise sa propre communauté. En donnant ce prix prestigieuse à Nadia, la communauté algérienne a dans son unanimité reconnut la sincérité, le courage et le professionnalisme de cette femme dont ne l’oublions jamais c’est juste le début de parcours !

– un autre documentaire en anglais Fear, Anger and Politics . qui a fait la critique de l’islamophobie au USA et qui a obtenue des prix en Amérique même. Comme quoi la crique intelligente est reconnue et consacrée à l’internationale même !

Entre Algériennes

PARTAGER
Article précédentEn finir avec l’acné…
Article suivantنحب و نهوى