La beauté est avant tout un concept social. Les axes qui en définissent les critères changent à travers le temps. Cependant il existe des critères immuables de la beauté féminine qui sont fixé à trave

La valeur des femmes est intimement rattachée à leur beauté. Elles sont particulièrement évaluées selon les critères de beauté en vigueur. Nos sociétés sont envahies d’images de femmes « parfaites » qui sont loin de nous ressembler et les médias véhiculent une image de beauté à laquelle tout le monde veut se conformer.

Ainsi, Le corps des femmes est de nouveau l’enjeu de contraintes sociales et culturelles, et les techniques les plus sophistiquées sont mises en œuvre pour modeler encore et toujours ce corps féminin comme instrument symbolique de la séduction.

De nos jours, les critères de beauté ont évolué, et le physique des femmes avec. La beauté, particulièrement chez les femmes fait pardonner la bêtise, le manque d’amabilité, la méchanceté et bien d’autres choses. La femme dans nos sociétés a un « devoir de beauté ». Malheureusement, ce droit est en réalité une obligation sociale.

Quelques points essentiels à savoir :
1. Les critères de beauté sont universels.
2. Les hommes accordent plus d’importance à la beauté des femmes que l’inverse.
3. Pour les hommes, la beauté des femmes est un indicateur de fécondité, et c’est le critère de sélection le plus important.
4. La beauté étant également un indicateur de santé.
5. Les principaux critères de beauté sont : la différenciation sexuelle, la symétrie, la jeunesse (femmes), et le WHR.
6. Les femmes les plus belles correspondent aux critères européens.

1. Critère N°1 : la minceur

Un des premiers critères sociaux de la beauté est la minceur, présentée à souhait par les médias comme accessible à toutes, avec l’aide de divers services ou produits de consommation. Les femmes tentent alors de s’y conformer au dépit de notre temps, argent, énergie, santé et estime de soi.

D’un autre coté, les images omniprésentes du modèle unique de beauté féminine largement véhiculées par les médias et l’industrie de la mode ont des répercussions non négligeables sur la santé physique et mentale des femmes.

L’anorexie est l’une des premières conséquences de ce mal-être. Les anorexiques cherchent à restreindre leur alimentation en vue de perdre du poids, alors qu’elles sont déjà minces ! Les quantités consommées sont anormalement basses, et beaucoup d’aliments sont évincés. Les conséquences sont alors catastrophiques pour la santé. De plus, le modèle unique proposé par les médias cause une souffrance silencieuse à toutes les femmes qui ne rentrent pas dans « la norme ».

2. Critère N°2 : la différenciation sexuelle

1. Les hommes préfèrent les femmes féminines, et les femmes les hommes masculins.
2. Les cheveux foncés sont associés à la masculinité, les cheveux clairs à la féminité ce qui explique peut-être pourquoi la blondeur est associée à la beauté. Les femmes blondes émettent plus de phéromones féminines que les brunes et rousses.
3. Les femmes sont plus blanches que les hommes et la blancheur est associée à la féminité. A noter qu’il n’y a que très peu de top models de couleur, alors qu’il y en a beaucoup d’origine nordique.
4. Les seins sont d’abord une marque de différenciation sexuelle et d’âge.
5. Les seins ronds et volumineux sont les plus prisées des hommes.
6. Les longues jambes sont usuellement, au moins en occident, considérées comme un critère de beauté. La longueur des jambes est perçue comme un signe de croissance plus longue, et donc de jeunesse persistante. Une autre hypothèse est que la longueur des jambes serait le signe d’une croissance prénatale réussie : en cas de carence alimentaire, la croissance des extrémités du foetus est restreinte au profit de celle du cerveau.

3. Critère N°3 : la symétrie

1. La symétrie est le signe d’une croissance normale, c’est-à-dire notamment que les gènes du système immunitaire sont adaptés à l’environnement.
2. Les femmes savent distinguer la symétrie d’un homme à partir de ses phéromones, les femmes se jugeant les plus belles montrent une plus grande préférence pour les hommes les plus symétriques.
3. Les visages symétriques possèdent des caractéristiques qui sont attractives indépendamment de la symétrie, mais ces caractéristiques ne sont pour l’instant pas définies.

4. Critère N°4 : Poids, volume et WHR (Waist to Hip Ratio = Ratio Taille/Hanche)

1. Un WHR de 0,71 chez la femme et 0,95 chez l’homme est un critère de beauté universel.
2. Le WHR est lié à la répartition des masses graisseuses, c’est-à-dire à l’action hormonale, et est un indice de santé et de fécondité.
3. La différence de taille moyenne met les femmes au niveau de jeunes adolescents.
4. Tous les signes associés avec l’âge sont considérés comme des critères de beauté : grands yeux, nez fin, peau ferme.
5. Sauf dans les régions à fort taux parasitaire, la beauté des hommes est moins importante que celle des femmes.
6. La taille est le seul critère universel de beauté chez les hommes (elles préfèrent les hommes grands).
7. La Dominance faciale définie comme étant ce qui caractérise
un visage de leader par opposé à un visage de suiveur : le visage
étant un indicateur fiable de la réussite sociale future, et la
beauté faciale est corrélée avec la beauté dans
le jeune âge mais ne l’est plus vers la cinquantaine.

5. Le revers de la médaille : la chirurgie esthétique

De plus en plus de femmes trouvent en la chirurgie esthétique le remède à leur mal-être et le correcteur adroit de leurs imperfections. La chirurgie esthétique permet aujourd’hui d’avoir de jolies fesses, des yeux de biche ou des seins volumineux. La chirurgie reconstructrice reconstruit ce que la nature, la maladie ou un traumatisme a détruit ou déformé.
Par ailleurs, elle se préoccupe de l’aspect cosmétique, en dehors de toute nécessité thérapeutique. On peut désormais avec les moyens nécessaires, se faire le corps de ses rêves.

Les hommes s’y mettent aussi puisque, le nombre des interventions a quasiment doublé chez les messieurs. Mais comme tout phénomène, la chirurgie esthétique a ses excès et ses abus, avec son lot d’échecs. La plupart trouvent la juste mesure, après de longues tentatives mais pour d’autres c’est la catastrophe !

La chirurgie esthétique est donc entrée dans les mœurs. On en parle, on ne s’en cache plus. Certains s’en vantent, elle n’est plus couverte par le secret ou dissimulée par la honte.

source