Violence Symbolique : La Servitude volontaire

« La désobéissance civile n’est pas un problème. Le problème c’est l’obéissance civile. Notre problème ce sont les gens du monde entier qui obéissent aux dictats imposés par leurs gouvernements et qui ont donc soutenu des guerres ; des millions périrent à cause de cette obéissance… Notre problème c’est l’obéissance des gens du monde entier qui voient pourtant la pauvreté, la famine, la stupidité, la guerre et la cruauté. Notre problème c’est que les gens soient obéissants alors que les prisons sont remplis de petits voleurs, et que de grands délinquants dirigent leurs pays. C’est cela notre problème… Rappelez-vous que le pouvoir des gens d’en-haut dépend de l’obéissance des gens d’en bas. Quand ceux-là cessent d’obéir, les autres n’ont plus de pouvoir. », Howard Zinn

L’État ne survit que de la gestion de la violence qu’il cultive lui-même. Il est aussi pervers car il qualifie sa violence comme une autorité paternelle dans la raison d’État et le bien ultime de la nation pour la sécurité de ses citoyens. Le pouvoir insiste sur la légitimité de son pouvoir autoritaire : il a le devoir plus que le droit de contrôler, commander et de punir ! L’État régalien s’exerce par la raison d’état qu’il va assoir comme une raison divine. Personne ne peut le remettre en cause sinon un fou ou un terroriste !
Un pouvoir par nature a tendance à aller vers un degré de violence élevée et relatif si la population ne résiste pas et accepte passivement les ordres arbitraires et les lois sans justification raisonnable.

Le nouveau pouvoir moderne est plus pervers. Le goulag fait place à Hollywood ! Il cache sa violence répulsive dans une violence symbolique, attractive, et cultivée. La coercition symbolique est la continuation moderne de la violence physique. La modernité rationalise l’ordre et gère le désordre.

Bourdieu nous parle de la violence symbolique comme un rapport de forces entre groupes sociaux de dominants et de dominés. e pouvoir impose ses lois arbitraires par la légitimité de son état élu par la majorité. Le pouvoir de l’état se fait par ses institutions. L’institution scolaire perpétue ses rapports de domination avec un programme un contenu décidés par les dominants. L’histoire, l’éthique, l’économie, la culture ou l’art enseigné sont ceux de l’État !

Le citoyen avale de toute pièce le non-sens des ordres insensés, injustes, et coercitifs qui lui sont imposés. Le pire est que la victime se convainque que son bourreau à raison de lui infliger le fouet pour son propre bien. Elle devient une complice active dans une servitude volontaire! Elle justifie sa soumission par un instinct de survie et par une psychologie de masse. Tout le monde accepte alors j’accepte !
« La violence symbolique est cette coercition qui ne s’institue que par l’intermédiaire de l’adhésion que le dominé ne peut manquer d’accorder au dominant (donc à la domination) », Bourdieu

La violence symbolique est difficile à séparer de la violence tout court car elle peut reposer sur la méconnaissance de son mécanisme par ceux qui la subissent car le mécanisme demeure souvent caché. Pourquoi une femme obéit-elle à son mari ? Elle peut dire par tradition, honneur, amour, respect … La violence symbolique contre les femmes se fait de façon sournoise. La femme ne sait pas qu’elle est soumise. « Comment fait-elle pour le supporter ? Moi je serais déjà partie ».

La société nous cultive comme des animaux domestiques à la soumission cultivée jusqu’à l’instinct; C’est ainsi que sont nées les idéologies comme le nationalisme, le patriotisme, le communautarisme, ou le fascisme !!
On fait confiance et on croit à l’État comme au dieu qui nous dit des ordres pour éviter le diable ; un danger inconnu ! On est alors prêt à non seulement subir la violence mais à faire de la violence. Ceci est le cas de ceux qui exécutent la loi ; juges, policier, et armée sans états d’âme comme une job !
Bourdieu indique que la violence symbolique n’est pas une fatalité. Elle peut être déconstruite par une résistance qui soumet à la critique les idées et les faits sociaux dominants.

A. Benmohammed, Chaomain-19 6. La Politique : Totalitarisme, Terrorisme, et Résistance

Une Histoire de l’anarchisme

Du manifeste fondateur de Pierre-Joseph Proudhon en 1840 (Qu’est-ce que la propriété ?) à...

Johan Galtung on “The Fall of the US Empire”

https://www.youtube.com/watch?v=16YiLqftppo https://www.youtube.com/watch?v=o8npPSB90ZU&feature=emb_logo AMY GOODMAN: In these last few minutes, we’re going to talk about war. The...

Besoin d'un site web exceptionnel ? Cirta Web est à votre service pour créer un nouveau site ou mettre à jour votre site web qu'il soit personnel, magazine, e-learning, e-commerce ...

Translate »
error: Content is protected !!
Aller à la barre d’outils